« A Vif » : Kery James à l’Arc au Creusot

 

Le samedi 10 février, une sortie à l’Arc a été proposée aux élèves de 2ndes pour assister en soirée au spectacle de Kery James, une pièce sous forme de concours d’éloquence avec en questionnement « l’Etat est-il seul responsable de la situation actuelle des banlieues ? ».

Angélique Victor, élève de 2nde, nous raconte cette belle soirée.

« Grâce à son art de la contestation, son discours engagé, sa parole enflammée, Kery James, poète humaniste et rappeur, use de mots qui sont pour lui les instruments d’un combat, une arme libertaire. Après plus de vingt ans de carrière, il écrit un dialogue et se lance dans le théâtre. Deux voix s’opposent dans une joute en phase directe avec le monde.

Deux avocats défendent des causes ennemies. Pour le premier, l’Etat est coupable de la situation des banlieues (Yannick Landrein). Mais le second atteste que les citoyens sont responsables de leur condition (Soulaymaan).

Ca fuse, ça crie. Ca ri également car il s’agit d’un concours organisé en fin de cursus de l’école de Formation du Barreau. L’exercice consiste en un affrontement verbal ludique, éclatant.

Kery James lui même assume le rôle de Soulaymaan. Le comédien Yannik Landrein lui tient tête. Le dialogue convoque les voix de « deux France » pour les faire entendre, pour y voir plus clair.

A Vif restaure un cadre possible du « vivre ensemble » par l’échange de la parole; il réveille un théâtre politique, radical, nécessaire parce que poétique.

 J’ai trouvé que cette pièce de théâtre était très intéressante, enrichissante et drôle.  Après un sondage auprès des élèves et professeurs présents, beaucoup ont répondu qu’ils ont trouvés la pièce drôle, que Kery James a été excellent ainsi que le comédien Yannick Landrein, qu’ils avaient des arguments forts. Ils ont apprécié voir cette facette de Kery James car ils ne connaissaient que le rappeur. »

Angélique Victor