65 élèves de 1ere en voyage en Alsace

Pour la troisième année consécutive, les enseignants d’Histoire Géographie du Lycée Bonaparte d’Autun, ont organisé un voyage scolaire en Alsace en mai 2018 (mercredi/ jeudi 30-31 mai 2017) pour les élèves de Première générale, autour du thème de l’Europe, des deux guerres mondiales au projet européen.

Projet pédagogique et mémoriel, rendu possible, déjà les deux années précédentes, par les soutiens financiers de La Région Bourgogne-Franche Comté, de la CCGAM et du LIONS Club d’Autun, ce voyage scolaire de deux jours en Alsace, permet à des lycéens de mesurer les progrès et changements intervenus depuis 1914 en Europe.

Espace frontalier convoité, la région Alsace a changé cinq fois de nationalité entre 1870 et 1945.

Partis à 4H30 le matin du mercredi, les 65 élèves ont visité le quartier des institutions européennes et le Parlement Européen de Strasbourg grâce au parrainage du député européen Arnaud Danjean.

Le groupe a assisté au discours du président de la Colombie, Monsieur Juan Manuel Santos, venu faire le bilan du processus de paix avec les FARC et remercier l’UE pour les divers soutiens apportés au pays et au vote de la session plénière.

La visite s’est poursuivie l’après-midi, au camp de concentration de Natzwiller-Struthof, seul camp de concentration implanté sur le sol français (de 1940 à 1944, l’Alsace est annexée par l’Allemagne Nazie). Moment fort pour ces élèves qui ont visualisé l’horreur du système concentrationnaire Dans ce camp, des Français mais aussi des Européens anti-nazis et résistants ont vécu l’indicible ; 52 000 déportés sont passés par ce camp, 25 000 y sont morts.

Le second jour a été consacré à la Mémoire de la Grande Guerre de 1914-1918. Ayant pris « la route des crêtes » qui serpente sur les sommets des ballons d’Alsace, « la ligne bleue des Vosges », les élèves se sont préparés à la visite des sites et nécropoles nationales du Vieil Armand : le « Hartmannswillerkopf » ou « HWK », un sommet des Vosges, enjeu de combats terribles entre 1915 et 1918 entre français et allemands afin de contrôler la plaine d’Alsace au niveau de Mulhouse et Colmar.

Pris et repris huit fois en 1915, le sommet est marqué par la proximité des premières lignes allemandes et françaises : 30 000 hommes sont morts pour ce sommet surnommé, « HWK, la mangeuse d’hommes ». Après la visite de l’abri-mémoire d’Uffholtz (ancien abri sanitaire allemand, transformé en Musée, avec cette année une exposition sur Grande Guerre et Bande-dessinée), les élèves ont découverts les nombreux vestiges du sommet du Vieil Armand : tranchées, boyaux, abris, réseaux de barbelés et chevaux de frises dans un décor encore marqué par les trous d’obus et la forêt qui a repris ses droits.

Revenus à Autun, fatigués mais satisfaits de leur voyage, les élèves avaient une vision vivante et concrète des questions abordées au programme de Première en Histoire Géographie.

Philippe Mathey, professeur d’Histoire Géographie