Le lycée créé un mobilier pour la mairie de Cordesse

L’ancienne mairie de Cordesse au second plan, abritant aujourd’hui la salle des fêtes et au premier plan le nouveau secrétariat pour lequel un mobilier a été réalisé par les bureaux.

« Je vous fais part de toute ma reconaissance et de celle du conseil municipal pour le travail qui a été effectué. – a exprimé le maire de Cordesse, Gérard Bergeret, aux élèves de 1ere et terminale ERA – et tenais à vous dire merci pour ces réalisations. » Les réalisations en question sont deux bureaux qui ont pris part au sein de la nouvelle mairie de Cordesse ainsi qu’un meuble à verres destiné à la salle des fêtes « rangement très astucieux réalisé dans un endroit contraint (sous l’escalier) et qui optimise l’espace » a expliqué le maire.

 

Ces mobiliers sont l’aboutissement d’un projet de presque deux années, réalisés par les élèves de 1ere et de terminale qui sont venus se rendre compte « concrètement », mardi 5 juin, de l’aboutissement de cette action pédagogique portée par les enseignants d’ateliers du lycée Bonaparte d’Autun (Jérôme Naudin, Cyrille Badet) assisté par l’enseignant d’Arts Appliqués Pierre-Olivier Aubry. Un exercice « pratique grandeur nature » a tenu à appuyer Gérard Bergeret « réalisé collectivement et qui a une finalité et une utilité ».

Pour aboutir, ce mobilier aujourd’hui installé in situ a donné lieux à plusieurs projets proposés par des groupes d’élèves l’an dernier qui se sont appuyés sur le cahiers des charge de la mairie de Cordesse – choix sur deux bureaux (un pour le maire, un pour la secrétaire) et une banque d’accueil pour personne à mobilité réduites – pour proposer un ensemble cohérant. Des maquette au 1/10e ont ensuite été réalisées en atelier. Finalement, c’est bureau avec système de rotation encastrable (que l’on peut fermer et qui laisse circuler autour) permettant aux fauteuils roulant de se glisser dessous qui a été réalisé.

Un projet qui, selon Nathalie Soulat, proviseure adjointe, « met en lumière et valorise les futurs métiers et démontre que le lycée est au plus près du monde du travail et des partenaires. Et qu’il peut être, lui aussi, partenaire d’une municipalité. »