Le JSL du 10/06/2018

Autun – enseignement Les lycéens ont fait preuve d’une grande éloquence

Le lycée Bonaparte a organisé un concours d’éloquence pour la première fois. Les élèves ont défendu des thèmes d’actualité au palais de justice.

Les professeurs des cinq classes de seconde du lycée Bonaparte ont organisé pour la première fois un concours d’éloquence, auquel se sont inscrits une dizaine de lycéens. Chacun des candidats, volontaire ou mandaté par sa classe, devait préparer un texte pour défendre son point de vue sur un thème d’actualité (homosexualité, bien-être animal, migrants, préservation des récifs de corail, etc.) devant les classes réunies, les professeurs et un jury composé d’élèves et d’adultes. L’objectif était de leur permettre de s’exprimer face à un public, de développer leur esprit critique, le sens de la controverse et de se montrer convaincants.

Des visites et des conseils pour se préparer

Les dix élèves qui se sont investis dans le concours ont défendu des sujets d’actualité bien maîtrisés. Photo Jean-François CLANET

Pour préparer ce concours les narrateurs ont pu assister à des spectacles de théâtre, aller au cinéma, visiter la librairie La Promesse de l’aube et bénéficier de l’appui et des conseils de Loïc Renard, comédien de la compagnie Cipango.

Mardi, en début d’après-midi, les dix lycéens, coachés par leurs professeurs de lettres, Annabelle Renoud, Aurore Hernandez et Stéphane Collette, sont montés sur l’estrade de l’ancienne salle d’audience du palais de justice pour défendre leur texte, faire étal de leur éloquence tels des avocats dans un prétoire.

Une belle réussite pour cet exercice qui a suscité l’enthousiasme de l’assemblée, notamment du jury qui a récompensé les meilleures prestations, dont celle de Zineb Ben Aoun, palme d’or, pour son argumentaire sur le racisme au cinéma.

résultats Palme d’or : Zineb Ben Aoun. Prix de l’écriture : Ernestine Guaglianone Prix de l’émotion : Luna Schenck. Prix de l’originalité : Constantinos Gallardo-Ikonomou. Prix de l’humour : Kevin Lecomte et Anthony Chardonnet. Prix du Grand n’importe quoi : Arthur Gauthey. Prix spécial du jury pour la qualité de l’argumentation : Gaëlle Grave. Prix spécial du jury pour la mise en scène : Mélina Detilleux et Jade Aribi.

L’article ici : https://c.lejsl.com/edition-autun/2018/06/10/les-lyceens-ont-fait-preuve-d-une-grande-eloquence