Visites du musée Rolin et de l’Espace Gilbertus des classes Sciences et Patrimoine et Chaap du collège de la Châtaigneraie

Le 11 septembre 2018, les 32 élèves de la classe SP et les 18 élèves  6e de la classe Chaap du collège de la Chataigneraie se sont retrouvés au musée Rolin pour une visite en 3 temps :

-descriptif de la mosaïque de Bellérophon

-descriptif de tableaux où des mythes et héros sont représentés et autour desquels les élèves animeront la nuit des musées 2019

-découverte de l’espace Gilbertus

Compte-rendu de notre visite à Autun
(Clément Maïliss et de Contenson Blandine)

Destination Autun :
Présenté par Madame Verpiot, responsable médiation du patrimoine.
A) Antiquité
La ville d’Autun a été construite en forme de losange sous le règne d’Auguste qui lui a donné son nom : Augustodunum. C’est une ville gallo-romaine de 200 hectares riche pour ses universités (grandes écoles).
B) Moyen-âge
La ville d’Autun est plus petite. Elle s’est rassemblée vers le quartier sud (quartier religieux vers la cathédrale) pour résister aux invasions. Le centre ville était le quartier marchand (laïque). Les routes ont été réorganisées. Il y a trois types de remparts : les romains, les médiévaux et les modernes.
C) Epoque moderne
L’arrivée du train à Autun engendre l’industrialisation. Se construisent des usines de meubles dont le bois utilisé provient des forêts du Morvan. En 1850, la mine d’Autun ferme et une usine de radiateurs est créée pour éviter un taux de chômage trop important.

Musée Rolin :
Nous avons pu découvrir un sarcophage funéraire provenant d’Arles représentant sur ses côtés la chasse au sanglier de Calydon. Atalande (la seule femme présente à la chasse), Méléagre, le sanglier et d’autres chasseurs y sont sculptés.

 

https://www.google.fr/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwj4lb6QutvdAhUvyoUKHToBCNcQjRx6BAgBEAU&url=https%3A%2F%2Fwww.acchla-arthistoire.org%2Fcours%2Fautun-de-lempereur-auguste-a-saint-lazare%2F&psig=AOvVaw08pudvpIFvzgnu1hqg5paY&ust=1538146952212976

Nous avons vu la mosaïque de Bellérophon tuant la Chimère. Celle-ci a été découverte au 19ème siècle. Elle décorait le parterre d’une riche maison mais il ne reste que ce médaillon et quelques morceaux de cette mosaïque. Un fond sombre et les personnages clairs forment cette mosaïque. Le fond sombre fait ressortir Bellérophon, Pégase et la Chimère. Le jeu des couleurs, notamment les dégradés, met en valeur les mouvements.

https://www.google.fr/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiu-pv9utvdAhVFzIUKHVdQDT0QjRx6BAgBEAU&url=https%3A%2F%2Ffr.wikipedia.org%2Fwiki%2FBell%25C3%25A9rophon&psig=AOvVaw312vHc1PZMzWT5jz-4MzMm&ust=1538147185446366

Voici le mythe de Bellérophon :
Exilé de sa ville natale car il a tué son frère accidentellement, Bellérophon partit à la recherche d’un royaume qui ignore son crime. Ce n’est que très loin qu’il trouva ce royaume. Il alla rencontrer le roi de Corinthe pour lui proposer ses services. Voyant que Bellérophon était un jeune homme avec toutes les qualités, il accepta. Le soir, la reine, qui était tombée amoureuse de Bellérophon, alla le voir pour lui déclarer son amour. Gêné, il la repoussa. Le lendemain, la reine le dénonça en disant qu’il voulait la séduire. Le roi ordonna donc à Bellérophon de partir et d’aller dans le royaume de Lycie, apporter un message au roi.
Quand Bellérophon arriva, tout le monde se préparait à la chasse. Il donna le message au roi qui ne l’ouvrit même pas et l’invita à se joindre à eux. De retour de la chasse, le roi ouvrit le message et fut embarrassé. En effet, le roi de Corinthe lui demandait de tuer Bellérophon, mais il lui avait fait l’hospitalité et donc ne pouvait pas le tuer sans risquer la colère des dieux. Alors il lui demanda d’aller tuer la Chimère qui menaçait son royaume. La Chimère est un monstre lion-chèvre avec une queue de serpent, qui crache des flammes. Dans ses songes, Athéna, déesse de la sagesse, expliqua à Bellérophon comment tuer la Chimère.
Il partit donc apprivoiser Pégase, un cheval ailé. Il arriva au dessus de la Chimère et il lui planta sa lance dans la gueule. Le bout en plomb fondit et tua l’animal.

Nous avons pu voir un tableau représentant la condamnation de Prométhée sur le mont Caucase, peint par Jean-Adrien Guignet.

Un tableau d’Hercule combattant les Busiris nous a été montré.

http://www.google.fr/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiFpuelvNvdAhVK0RoKHV-NC2MQjRx6BAgBEAU&url=http%3A%2F%2Fnotesdemusees.blogspot.com%2F2010%2F05%2Fautun.html&psig=AOvVaw1jm1tW2PEAkRwOOgpNXC4c&ust=1538147536399878
Deux médaillons étaient exposés. L’un représentait Hercule en train d’étrangler le lion de Némée (son premier travail). L’autre montrait Hercule se battant contre le centaure Chiron.

De plus, une maquette de la cathédrale Saint-Lazare à Autun était mise en évidence.

http://www.google.fr/urla=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiP2Mi3vdvdAhUFQBoKHWYwCVoQjRx6BAgBEAU&url=http%3A%2F%2Fwww.linternaute.com%2Fmusee%2Fdiaporama%2F1%2F7078%2Fmusee-rolin%2F50821%2F&psig=AOvVaw1SY4YCfs5_CUB19XfdIAMb&ust=1538147779374537