2d Sciences & Patrimoine

logo spEn mai 2013, le Rectorat de Dijon, dans le cadre d’un projet de classes de « culture scientifique », a proposé au lycée Bonaparte d’Autun une classe de seconde estampillée « Sciences & Patrimoine », destinée à ouvrir à la rentrée 2013. Une équipe d’enseignants, intéressée par ce projet, a travaillé et choisi de donner quelques grandes orientations à cette classe.

Les principes généraux de la 2nde sciences & patrimoine

intro spLe principe général repose sur une coloration sciences et patrimoine des cours suivis par les élèves. En effet, à chaque fois qu’il est possible, et dans le cadre d’une application stricts des programmes officiels, les enseignants de la classe appliquent leur liberté pédagogique afin de présenter une science liée au patrimoine.

L’objectif est donc de dérouler les programmes disciplinaires dans cette optique, sans heure supplémentaire pour les élèves.
Les programmes de chaque discipline se prêtent plus ou moins facilement à cela et c’est à la sagacité des enseignants qu’il revient de voir comment il est possible de mettre en place ce principe. Cela implique bien évidemment une concertation particulièrement poussée entre les enseignants. Par exemple, la numérisation en 3D est abordée par les professeurs de Sciences de l’Ingénieur après que les élèves ont étudié les sculptures de la cathédrale d’Autun, afin de voir comment fut réalisée la récente numérisation 3D du tympan présentée au musée.
La coloration doit donc se faire régulièrement, tout au long de l’année et de manière presque naturelle pour les élèves et, le plus possible, avec des prolongements dans différentes matières. Pour mieux identifier ces moments au milieu des séances « classiques », un logo a été conçu. À chaque fois qu’un enseignant propose un travail de sciences et patrimoine au milieu du cours, le logo figure sur les documents distribués.

Au-delà des cours proprement dits, l’équipe a voulu donner un rendez-vous hebdomadaire aux élèves dans lequel ce thème est strictement traité. Les enseignants de 3 enseignements d’exploration, Méthodes et Pratiques Scientifiques, ainsi que Littérature et Société, Sciences de l'ingénieur ont donc décidé d’approfondir la coloration des cours, soit 1h30 par semaine. Ces enseignements ont été placés le mardi après-midi, juste après les 2 heures d’Accompagnement Personnalisé, afin de pouvoir bénéficier d’une plage horaire conséquente pour les sorties. Concrètement, une des 2 heures d’AP est systématiquement utilisée en tant qu’approfondissement dans le cadre de cette classe, ce qui signifie que les élèves ne sont pas alors mélangés avec les autres, mais tout au plus répartis en demi-groupes. Cette articulation AP/EE dans l’emploi du temps a semblé indispensable pour que les élèves disposent d’un temps conséquent pour les sorties, sans trop empiéter sur les autres cours. Elle apporte à l’équipe enseignante une latitude réelle pour organiser des temps forts.

En effet, quelques moments spécifiques ont été décidés, toujours en relation avec des évènements nationaux ou locaux en rapport avec les thèmes de la classe, à savoir les journées du patrimoine (septembre), la fête de la science (octobre), la fête des mathématiques (mars), la journée d’actualités archéologiques autunoises  (avril) ou encore la semaine de l’archéologie (juin).
sp_3Le thème retenu par la classe a été celui des « sciences au service du patrimoine local ». Le but n’est pas d’étudier pendant toute une année une science précise – la classe de seconde n’ayant pas vocation à doubler de manière anticipée une spécialisation universitaire – mais d’abord de présenter un panel très élargi de sciences utilisées pour découvrir, préserver ou mettre en valeur le patrimoine. Il va de soi que, dans l’expression sciences & patrimoine, le terme le plus important est la conjonction de coordination. Les élèves entendent très largement parler de sciences aussi bien que du patrimoine à longueur de journée au lycée, mais de manière distincte. En revanche, qu’un thème puisse être appliqué au second, c’est beaucoup plus concret, original et intéressant pour les élèves. Chaque science doit donc être présentée en rapport avec un exemple patrimoine et chaque élément du patrimoine en rapport avec une science. C’est la règle de base. Dans le cas contraire, il ne s’agit plus d’une coloration, mais du cours classique.

L’aspect local a été rajouté pour plusieurs considérations. D’abord, Autun, possédant le label ville d’art et d’histoire, a été choisi pour la richesse de son patrimoine et il n’était pas forcément judicieux d’aller trouver ailleurs ce qui est disponible sur place. De plus, le nombre de sorties risquait d’engendrer des déplacements longs, supprimant beaucoup de cours et entraînant des frais conséquents.
sp-4Or les déplacements pour admirer le patrimoine local (que la plupart des élèves ignore en fait, le côtoyant parfois quotidiennement sans le voir) ne supposent aucun frais s’ils se font à pied. Enfin, les déplacements courts (le musée Rolin, la cathédrale, la bibliothèque, les archives, etc. qui sont en moyenne à une dizaine de minutes à pied de l’établissement) se placent en général très bien dans un créneau  de 2h30 à 3h30 (= AP + EE) sans déborder sur la dernière séquence de cours pour les élèves de 16h30 à 18h00. Précisons également que le terme sciences a été immédiatement compris au sens large, c’est-à-dire en y incluant les techniques appliquées aux sciences et en acceptant, au-delà des sciences exactes, toutes les sciences humaines.

Enfin, le but a immédiatement été d’ouvrir la classe sur l’extérieur, afin de ne pas laisser aux seuls professeurs l’initiative de présenter de manière trop théorique les sciences au service du patrimoine. Concrètement, il a été décidé d’organiser de nombreuses sorties et de faire venir, dans la mesure du possible, nombre de professionnels venant témoigner devant les élèves. Pour ce faire, le lycée a fait appel à des partenaires sans qui rien n’aurait réellement été possible. Et, avant tout, les partenaires locaux: Bibliothèque, Service municipal du Patrimoine, Archives municipales, Musée Rolin, Société Éduenne des Arts et Lettres, etc., ont toujours répondu aux sollicitations, allant, pour le musée Rolin, à ouvrir systématiquement ses portes le mardi, jour de sa fermeture au public. Le laboratoire L2EI du Creusot, indispensable pour la découverte de la numérisation en 3D, comme le musée de Bibracte, ont permis d’enrichir les présentations aux élèves. Bien évidemment, il a été décidé que ces visites, considérées comme obligatoires, ne devaient donc rien coûter aux familles.

sp_5De nombreux intervenants sont donc venus de manière bénévole, un certain nombre de chercheurs ayant aussi dans leurs missions la nécessité de diffuser leur savoir auprès d’un large public. Pour les quelques dépenses de transport ou d’entrées (soit une somme d’environ 2200 € pour l’ensemble de l’année), le financement en a été assuré par le lycée (à hauteur d’environ 20%), la région Bourgogne (45 %) ou la DRAC de Bourgogne (35%).
C’est donc à partir de ces quelques principes que la classe a été ouverte à la rentrée 2013.

Une classe très largement ouverte sur l’extérieur
En dehors des cours régulièrement colorés, les élèves ont pu effectuer de nombreuses sorties sur le terrain ou entendre une pluralité d’intervenants
On le voit, le programme des activités spécifiques propres à cette classe est très conséquent comparé aux autres classes, surtout si l’on songe que ces activités n’ont donné lieu qu’à très peu de cours perdus et génèrent des frais totaux d’environ 2200 € sur l’année (les trois quarts engendrés par la sortie de 2 jours à Bibracte), ce qui est somme toute fort raisonnable, rapporté au nombre d’activités.